jeudi 18 octobre 2018

PLIB 2019

Après avoir vu passer pas mal de publications, articles et annonces concernant le PLIB 2018, dont la remise des prix doit avoir lieu samedi 13 octobre 2018 à Lyon, je me suis ENFIN lancée. Je ferai donc partie du jury du PLIB 2019, et je suis suuuper impatiente ! J'ai hâte de découvrir les titres proposés par les autres jurés, hâte de... enfin d'abord, je vous explique un peu ! 




Le PLIB, c'est quoi, comment ça marche ?

Le Prix Littéraire de l'Imaginaire des Blogueurs/Booktubers/Bookstagrameurs, c'est un prix ouvert à tous les amateur·ice·s de lecture présent·e·s sur une des plateformes ci-dessus. Pas d'effectif maximum, plus on est nombreux, plus c'est représentatif !
C'est un prix tout neuf, puisqu'il a été mis en place l'année dernière par Hélène Ptitelfe, Pauline Patatras, Céline Blaché et Yannick Huchard l'année dernière.

Plusieurs étapes à ce prix, se déroulant sur un an :
1. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 31 octobre 2018. Lors de cette étape, chaque juré propose 3 titres appartenant aux différents genres de l'imaginaire (fantasy, SF, fantastique) parus en 2018. Ces titres doivent être francophones.
2. Les jurés votent pour choisir 5 titres parmi tous ceux proposés.
3. Les jurés ont plusieurs mois pour lire les 5 titres proposés avant le vote final. Chacun des titres fait l'objet d'une chronique sur le ou les supports de prédilection de chacun·e.
4. Le vote final désigne le grand vainqueur, qui reste secret jusqu'à la dernière étape :
5. La remise du prix !

Pour plus d'infos sur le règlement, c'est par ici : >> Tout savoir sur le PLIB 2019 <<
Et si vous êtes convaincu·e·s et que vous voulez vous inscrire, c'est là : >> Je participe ! <<

Mes propositions !

Les titres proposés peuvent être des titres déjà lus et qui nous ont plu, ou des titres qui nous attirent beaucoup et que nous souhaitons découvrir/faire découvrir.
Mon choix s'est porté sur 3 titres signés par des autrices francophones que je connais déjà à travers d'autres titres, voici donc la proposition :

1. Terre de Brume, tome 1 : Le Sanctuaire des Dieux de Cindy Van Wilder 
(fantasy, jeunesse, Rageot, 288 pages)
J'ai quasiment tout lu de l'autrice belge, que j'adore, tant pour ses écrits que pour sa personnalité. Ce roman est son dernier bébé, et il me tarde de le découvrir ! 

Depuis le Bouleversement, cataclysme qui a recouvert son monde d'une brume toxique en ne laissant que de rares survivants, Héra vit à Taho dans le Sanctuaire de Prêtres de l'eau, où elle apprend à maîtriser la magie pour devenir guerrière. 
Au cours d'une mission, elle rencontre Intissar, une Sœur de Feu capable de communiquer avec les esprits. Intissar a bravé sa propre communauté pour venir avertir les habitants de Taho d'un terrible danger. Mais il est déjà trop tard : une vague de Brume, peuplée de créatures ni mortes ni vivantes, s'est levée... et frappe le Sanctuaire. Et elle frappera encore. Héra et Intissar s'allient afin d'empêcher leur monde de sombrer dans l'oubli.


2. Le Dieu-Oiseau d'Aurélie Wellenstein 
(fantasy, Scrineo, 352 pages)
J'ai découvert cette autrice récemment avec Le Roi des Fauves. Son récit, très noir et assez original, mâtiné de mythologie nordique, avait su me convaincre. Ce roman a l'air tout aussi sombre et me tente beaucoup !

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l'île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d'orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d'avenir est de participer à la compétition de «l'homme-oiseau», afin de renverser l'équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l?'esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l'île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

3. Les Nuages de Magellan d'Estelle Faye 
(SF, jeunesse, Scrineo, 274 pages)
Découverte grâce à la trilogie de La Voie des Oracles (tome 1 ici) que j'ai dévorée, j'ai suivi de près les nouvelles parutions de l'autrice. Les Seigneurs de Bohen, finaliste du Plib 2018, m'attend d'ailleurs dans ma PAL ! Mes connaissances en SF sont bien plus limitées qu'en fantasy, c'est donc pour élargir mes perspectives et découvrir une nouvelle facette d'Estelle Faye que j'ai choisi ce troisième titre.

27ème siècle. L’Humanité s’est étendue à toute la Voie Lactée. La nouvelle frontière, ce sont désormais les Nuages de Magellan, mais les Compagnies ont fini par renoncer à tout projet de colonisation, préférant les affaires aux rêves d’exploration spatiale. Deux siècles auparavant, l’humanité a pourtant maîtrisé l’énergie sombre, une ressource quasi illimitée, mettant ainsi fin aux guerres pour les énergies fossiles. Ont suivi plusieurs siècles de liberté, d’exploration, d’avancées… Puis, insidieusement, de nouveaux jeux de pouvoir et d’influence se sont mis en place, conduisant à la multiplication des hors-la-loi. Depuis, un mythe court la galaxie : des pirates auraient créé sur Carabe, une planète perdue, une république idéale, hors d’atteinte du pouvoir des Compagnies. Dans l’un des derniers postes frontières avant les Nuages, Dan, une jeune serveuse idéaliste, chante du blues dans un bar pseudo texan tout en rêvant d’aventures stellaires. Elle est fascinée par Mary, une cliente taciturne dont on dit qu’elle serait peut-être une ex-pirate… Les Nuages de Magellan n’ont pas dit leur dernier mot !

Les finalistes 2018

Juste histoire de satisfaire la curiosité des un·e·s et des autres, voici les 7 finalistes du Plib 2018 !


Et on vient tout juste de l'apprendre, alors voilà le grand vainqueur du PLIB 2018 :


Félicitations à Ariel Holzl, qui restera dans l'histoire comme le 1er nom associé au PLIB. Et ça, c'est classe !

jeudi 11 octobre 2018

La vitesse sur la peau de Fanny Chiarello

Encore un titre jeunesse pioché totalement au hasard dans les rayons de la médiathèque, en me fiant à une seule chose : l'édition. J'avais en effet été assez soufflée par un autre roman publié chez Rouergue, Le faire ou mourir de Claire-Lise Marguier. J'étais suffisamment en confiance pour me laisser surprendre. Grand bien m'en a pris.

Année d'édition : 2016
Nombre de pages :  172 pages
Genre : jeunesse, drame
Edition : Rouergue







Synopsis :
Depuis un an, Elina ne parle plus à personne, ni en famille ni au collège. Son activité principale est de végéter parmi les végétaux. Au jardin des Plantes, elle fait la plante, assise sur un banc. Personne ne l'a jamais abordée, pour lui demander l'heure, son prénom ou même un mouchoir en papier.
Puis un jour elle se met à courir, mais en sens inverse des aiguilles d'une montre, pour rembobiner le temps jusqu'à la retrouver, elle, sa mère disparue. Et quelqu'un lui adresse enfin la parole. Violette, une ancienne marathonienne en fauteuil roulant, une femme libre, déroutante.
Grâce à sa présence, Elina va réapprendre à parler, danser, crier. A pleurer aussi. Car Violette possède un secret bouleversant.

Mon avis :
Quel déchaînement de sentiments forts nous est offert à travers ce court roman ! 
Ceux d'Elina, bien sûr, mais aussi ceux de tout son entourage qui essaie tant bien que mal de composer avec le mutisme qui a saisi la jeune fille depuis la mort accidentelle et brutale de sa mère.

La douleur. Celle de la perte, de l'absence, du vide. Jamais verbalisée, elle n'en est que décuplée. Le désarroi, aussi. Celui du père et de la grand-mère qui gèrent de leur mieux, essayant différentes approches, tantôt motivé·e·s, tantôt découragé·e·s, tantôt en colère... On les comprend, on les soutient.

Les différentes phases du deuil sont passées en revue. Ainsi, de page en page, nous voyons Elina évoluer, changer, cogiter. D'abord complètement lymphatique, elle végète au milieu des arbres. Elle attend. Qui, quoi ? Qu'on vienne lui dire que son drame n'est jamais arrivé, sans doute. Mais ce moment ne vient pas, alors un jour, elle se met à courir.

Elle court, court et le·la lecteur·ice court avec elle de ligne en ligne, de page en page. Jusqu'à la rencontre qui va tout changer. Violette, vieille femme captivante, émouvante, avide de partage va donner un nouveau souffle à cette vie terne qui est désormais celle de sa cadette. Un autre thème fort est abordée à travers elle : le handicap, autre forme de deuil si on y réfléchit, surtout dans le cas de Violette.

En conclusion, La vitesse sur la peau traite avec succès et retenue le thème difficile à aborder en littérature jeunesse mais néanmoins indispensable qu'est le deuil. Une lecture touchante, qui permet d'appréhender un peu mieux ce qui peut se passer dans la tête d'un enfant ou adolescent qui perd un·e proche.

samedi 6 octobre 2018

Les Aventuriales de Ménétrol - 29 septembre 2018

Le week-end dernier a été l'occasion d'aller faire un tour en Auvergne pour les Aventuriales de Ménétrol (63). Festival assez récent, je l'avais repéré l'année dernière sans avoir la possibilité de faire les 2h de route qui m'en séparent. Chose réparée cette année pour la 4ème édition, et je suis bien contente d'avoir fait le déplacement !



Les Aventuriales, qu'est-ce que c'est ?

C'est avant tout un salon littéraire où l'on peut croiser de très nombreux auteurs et illustrateurs (120 cette année). Bien moins médiatisé que les Imaginales ou le SLPJ, les invité·e·s y sont beaucoup plus accessibles, l'ambiance plus familiale... Le temps d'échange est agréable et on ne se sent pas pressé·e par le temps (et la foule de fans qui attend derrière).

C'est aussi des échanges et des interventions sur des thèmes précis lors de tables rondes comme la rencontre avec Christopher Priest ou une prestation dont j'attends la vidéo avec impatience sur l'écriture à 4 mains...

Et aussi... des jeux de rôles, des concours de cosplay, des démonstrations de combat au sabre laser... de quoi satisfaire tout le monde, les petits comme les grands, les amateurs de fantasy comme ceux de SF ou de fantastique !

Mais ce sont aussi des événements en parallèle, des interventions en milieu scolaire, des masterclass, des projections cinématographiques... auxquelles j'espère avoir la chance de participer l'année prochaine !

Ma visite à moi...

L'arrivée sur les lieux a été assez amusante. En venant de la région lyonnaise, on laisse Clermont derrière nous et on continue en pleine cambrousse. Ménétrol s'offre à nous, charmant village... et pas de parking ! Heureusement, pas mal de possibilités pour stationner dans les rues (un peu à l'arrache, certes...). J'imagine la tête médusée des locaux qui n'auraient pas été au courant de l'événement ! 



Premier contact avec le salon : les stands à l'extérieur. Je croise un jeune homme qui s'entraîne au sabre laser (normal), tandis qu'une voix sortant des enceintes attire mes pas vers l'estrade où a lieu le concours de cosplay. La présentation des concurrents est déjà terminée, mais je suis juste à temps pour assister à THE chorégraphie dirigée par l'animatrice du concours. Fun, et pleine de bonne humeur. Voilà qui met dans l'ambiance !

Puis direction bien sûr... le salon littéraire, parce qu'on ne va pas se mentir, c'est la raison pour laquelle je suis là. Toujours cette bouffée d'appréhension avant de m'approcher des stands... quoi dire, quelle attitude, comment demander une petite griffe dans mes bouquins sans passer pour la cruchaude de service ? On respire... Ah, mais Cindy est pile en face, génial ! Du coup la pression retombe !

Number one, donc, Cindy Van Wilder. Bon. On peut dire que c'est pour lui faire un coucou que j'ai traversé la région. Quel plaisir de retrouver ce sourire, cette chaleur, et cette bienveillance ! Allez la voir, les gens, allez discuter avec elle, c'est une personne en or ! J'ai amené avec moi ma Lune est à nous, que je tenais à lui faire signer. Ce fut un coup de cœur, des rires, des larmes... Un livre auquel je tiens beaucoup et qui m'a marquée. D'ailleurs, sa biblio commence à prendre de l'ampleur dans ma bibli (sous la bonne garde de mon fidèle Groot) ! Si quelqu'un cherche quoi m'offrir, il me manque Memorex et Mulberry Tree... ^^

Je récupère aussi, évidemment, mon exemplaire de Terre de Brume, que j'ai réussi miraculeusement à ne pas acheter avant... Le petit test de l'autrice révèle que je suis une semeuse... je suis curieuse et impatiente de savoir de quoi il retourne !
Merci pour ton temps, Cindy, merci pour ce bon moment passé avec toi, et à très bientôt !

J'ai ensuite cheminé jusqu'au stand d'Agnès Marot, que j'avais également croisée avant et qui est aussi très facile d'abord. Après avoir sorti mon badge Groot pour me resituer, je m'empare d'Erreur 404 qui est situé dans le même univers que ma lecture actuelle, IRL. C'est l'occasion d'une discussion sur les jeux vidéos qui ont inspiré son roman, puisque la dame est à l'origine de ma découverte de Life is strange, un jeu original et à l'esthétique très réussie... Je crois que je vais avoir quelques heures d'occupation devant moi !

Juste à côté, Charlotte Bousquet dont j'ai littéralement adoré, il y a quelques mois, Là où tombent les anges, roman historique, féministe et psychologiquement très abouti. J'avais aussi craqué, il y a des années, pour le premier tome de son Archipel des Numinées, Arachnae (chronique de Titepousse). La vie m'a séparée de l'exemplaire que j'avais sous la main, que j'ai donc racheté avec sa suite et... je n'ai su/pu/voulu résister à Shâhra, dont la couverture est juste sublime. 

Pas mal de boulot pour l'autrice du coup, puisque je lui fais dédicacer mes 4 exemplaires, chacun dorénavant agrémenté d'une petite peinture à l'eau.

Je termine mon tour par un passage chez Ariel Holzl, lui aussi venu accompagné. C'est Monsieur Nyx qui observe le bon déroulement de la dédicace de mon premier tome des Soeurs Carmines, Sia & Camille je vous tiens pour responsables de cet achat ! ^^Agréable discussion avec ce jeune auteur très souriant qui partage volontiers ses influences, à savoir Terry Pratchett et Douglas Adams... ça promet !


La récolte !

La voici, la voilà, en images ! Je n'ai pas été raisonnable, c'est vrai... mais est-ce le but quand on va en salon ?



Bonus du week-end !

4h de route dans la demi-journée, ça aurait fait court on est d'accord. Du coup, quitte à être en Auvergne, on en a profité pour se balader un peu... Au programme, visite de Billom, ville médiévale où nous avons logé...







Et très agréable randonnée ensoleillée autour du Gour de Tazenat, cratère de volcan rempli d'eau. A cette saison, il n'y a pas grand monde... Très joli coin, vraiment !


Un regret ?

Ne pas avoir pu goûter la truffade de Chez Louise, qui m'avait été vantée, vendue et m'avait fait saliver d'avance (merci Cindy) !