dimanche 6 janvier 2019

Challenge ABC 2018 : le bilan !


Le règlement 2018

La version 2018 consiste à lire 26 livres de 26 auteurs différents en fonction de l’alphabet. 
Pour éviter 26 nouvelles, un minimum de pages est demandé. Ce sont les chroniques/commentaires qui valident les lectures !
Le but reste de marier les styles (sauf pour l’option E. (voir plus bas).: un classique, une nouvelle, un auteur étranger, un livre en fantasy, un en SF, un roman, un thriller... Pour éviter les catégories un peu bizarres, je vous invite à choisir dans la liste fournie par bibliomania.
J'ai fait le choix de participer dans l'option A, c'est-à-dire en mode aléatoire. Ainsi, pas de liste à fournir obligatoirement en début de challenge, mais pas non plus de points de tricherie accordés !
La totalité des 26 lectures doit atteindre au minimum 5000 pages, et le nombre de genres doit être de 5 au moins. Ma liste est déjà faite, pour avoir une trame, mais elle risque de changer étant donné le choix que j'ai dans certaines lettres... hum !

Le bilan :
Total livres: 17/26
Total pages : 5019/5000
Total genres : > 5/5

C'est mieux que la dernière fois que je l'ai tenté (en 2014...) où j'avais calé à... 11/26. Brillant ! ^^
Voici les titres qui m'ont accompagnée au cours de cette année :

E
G
J
K
Q
S
T
X
Z

J'enquille pour une nouvelle saison en 2019 !  💪

Décembre 2018 en films !

Petit mois de ciné ! Une fois n'est pas coutume, c'est à la maison que j'ai vu le plus de films. Alors que nous a réservé cet ultime mois de 2018 ?


Au ciné ce mois-ci !

* Le plus poignant
Pupille
Sacré parcours du combattant que celui des futurs parents désireux d'adopter un enfant. Parcours bien mis en lumière ici, ainsi que le travail des équipes sociales qui s'efforcent de choisir le meilleur foyer pour chaque enfant. Un joli film, superbement porté par Gilles Lelouche, que décidément j'aime beaucoup... et que dire de Sandrine Kiberlain, elle aussi une raison suffisante pour m'envoyer voir un film au ciné !

* Le plus magique
Astérix : le secret de la potion magique
Assez marrant de voir un Panoramix sur le déclin ! Un épisode d'Astérix réussit, qui tord le cou aux clichés et archaïques traditions patriarcales. Un "road-trip" très fun à la recherche du successeur du druide détenteur du secret le plus convoité de la Gaule... J'avais peur d'être déçue, mais ce fut finalement une bonne surprise ! Comme d'habitude, ce sont les noms des personnages qui m'amusent le plus... on se refait pas. Seul bémol : la voix d'Elie Semoun que je ne supportais plus à la fin du film !


* Je suis trop vieille
Le Grinch
Dernier film de l'année et déception. C'est certes un joli conte de Noël, mais je le réserverais vraiment aux plus jeunes. Pour des adultes, pas de deuxième niveau de lecture, c'est convenu, prévisible, même si certains passages sont malgré tout touchants. Pas inoubliable, même portée par la magie de Noël !





Le ciné à la maison !

* Le plus British
Final Cut
Lors des funérailles d'un de leurs meilleurs potes, un groupe d'ami·e·s est invité à visionner un film que le défunt tournait en secret à l'aide de caméras cachées, sur... eux. Evidemment, les secrets des uns et des autres éclatent au grand jour non sans conséquences... C'est malaisant, la réalisation est très British... J'ai aimé !




* Celui qui s'appelle pareil mais qu'est pas pareil
Final Cut
Il est encore question de réalisation de films, de décès, mais le cadre est un peu différent dans ce long-métrage SF. Certaines personnes sont porteuses d'une puce électronique qui enregistre tout ce qu'ils/elles voient et entendent au cours de leur vie. Il est alors possible, et souvent demandé par la famille après leur décès, de réaliser un petit medley de leurs meilleurs moments... Bien sûr, l'éthique s'en mêle dès lors que les technicien·ne·s chargé·e·s de leur montage découvrent des épisodes peu glorieux dans la vie de la personne en question... Faut-il dès lors mettre en lumière les travers pour les dénoncer, ou est-il inutile d'accabler les proches en faisant le procès de quelqu'un qui ne peut plus se défendre ? Questions intéressantes ! Avec un Robin Williams loin des rôles comiques habituels, et ça lui va très bien !

* Le moins... habillé ?
L'inconnu du lac
Ce film a raflé de nombreuses récompenses au Festival de Cannes 2014, entre autres ceux de meilleur film, meilleur scénario, et meilleur acteur. Un jeune homosexuel tombe amoureux d'un beau ténébreux, qui s'avère rapidement être un meurtrier. Mais impossible pour autant de résister à l'attraction qu'il ressent... En parallèle, il se lie d'amitié avec un homme plus âgé, dépressif. Un film assez contemplatif, lent jusqu'à la dernière partie qui s'accélère un peu. A réserver aux amateur·ice·s d'attributs masculins qui ballottent. Une fin ouverte cependant qui redonne un peu d'intérêt.

* Découverte fortuite
Débarquement immédiat
Bof. Je suis tombée dessus pendant les vacances dans la famille, ça se regarde mais sans plus. Un flic chargé de reconduire les sans-papiers dans leur pays se fait embarquer dans des emmerdes pas possibles par son collègue, crétin obsédé... ce qui finit par lui causer du tort vis à vis de sa femme, après laquelle il va passer tout le film à courir. Les choses sont compliquées par le fait que l'homme qu'ils sont chargés de raccompagner leur en fait voir des vertes et des pas mûres... Succession de gags, essentiellement, avec quelques moments assez drôles quand même, disons ce qui est.

* Celui qui roule le plus
Margarita with a straw
Un film qui a l'avantage de mettre en avant le handicap, avec une handicapée moteur et une aveugle. Sont également abordées la bisexualité et la biphobie. J'étais sceptique, mais finalement le film n'est pas désagréable, même si, comme souvent, j'aurais aimé qu'il se termine autrement... Un film indien qui n'est pas une comédie musicale, et qui m'a rappelé quelques souvenirs de voyage, même si je ne me suis clairement pas baladée dans les mêmes milieux.

lundi 31 décembre 2018

Les Haut-Conteurs, tome 1 : La voix des rois d'Olivier Peru et Patrick Mc Spare

Encore un titre qui traînait dans ma PAL depuis... le printemps de Montaigu 2013 ! Mais celui-ci a une particularité : c'est ma première dédicace, signée Patrick Mc Spare. Un bon souvenir !

Année d'édition : 2010
Nombre de pages : 336 pages
Genre : fantasy, jeunesse
Edition : Pocket







Synopsis :
1190, Tewkesbury, royaume d'Angleterre. A treize ans, Roland ne rêve que de voyages, de chevalerie et d'aventures. Seulement ses parents ont besoin de lui pour tenir l'auberge familiale. Il ne connait le monde que par les gens de passage, et son meilleur ami, l'ennui, semble bien décidé à lui gâcher son existence.

La venue d'un Haut-Conteur au village va tout changer. Le prestigieux chasseur d'histoires et d'énigmes enquête sur les mystères de la forêt de Dean et sur les goules qui s'y cachent. Il ne craint pas les croque-cadavres et s'enfonce seul dans les ténèbres, nuit après nuit... mais un matin, il ne revient pas.

L'histoire a-t-elle mangé celui qui aurait dû la raconter ? C'est ce que va tâcher de découvrir Roland... et peut-être deviendra-t-il lui-même Haut-Conteur ?

Mon avis :
Bienvenue dans le Tewkesbury médiéval ! A vous chevaliers, nobles quêtes, mais surtout récits flamboyants, pour lesquels nous devons remercier les Haut-Conteurs.

Roland, adolescent de son état, s'ennuie ferme dans l'auberge familiale dont il doit logiquement reprendre le flambeau. Evidemment, à son âge, c'est plutôt de grande aventure qu'il rêve. Fort heureusement, Mathilde, illustre Haut-Conteuse, passe dans le coin, et va complètement chambouler la vie du jeunot.

La structure et la thématique de ce premier opus d'une série de 5 (+1) sont assez classiques, mais néanmoins réussies. On y retrouve bon nombre d'éléments qui font mouche, d'autant plus qu'ils sont bien amenés.
Ainsi, au fil des pages, nous croisons des créatures mythologiques telles que goules ou vampires... mais attention, conformes aux mythes initiaux. On est bien loin ici du vampire scintillant qui nous fait baver avec ses gros muscles et son jean moulant. Cet aspect confère un côté assez sombre au roman, bien qu'il soit destiné en premier lieu à un public jeunesse / young adult.

Mais tout cela n'aurait pas la même saveur sans une bonne dose de mystères, apportés non seulement par la caste des Haut-Conteurs que par l'objet de leur quête. 
Les Haut-Conteurs sont en effet connus pour leurs formidables aptitudes à captiver un public, mais ils sont bien plus que ça. Tous porteurs d'un surnom, leur quotidien est fait de recherches consciencieuses comme de combats périlleux et acharnés, dans lesquels leurs armes sont loin d'être conventionnelles. On a naturellement envie d'en apprendre plus à leur sujet, c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai adoré autant que les péripéties suivre l'apprentissage de Roland, qui découvre les codes, l'art de la narration et toutes les conditions à remplir pour être digne de porter la cape pourpre propre à ce groupe secret.

L'objet de leur quête, un livre dont les pages sont éparpillées dans le monde entier, est l'occasion d'enrichir l'histoire d'énigmes agréables. Je suis curieuse d'en découvrir davantage dans les prochains tomes. Ainsi que le surnom de Roland, pas encore fixé dans ce premier opus (pour un effet comique réussi, d'ailleurs).

J'ai donc eu plaisir à retrouver une plume que je connais et apprécie, même dans ce contexte plus jeunesse. C'est vif, drôle, gavé de rebondissements... Sans répit et sans pitié aussi bien pour le lectorat que pour les personnages. Ces derniers semblent de prime abord assez manichéen, mais on se rend vite compte que rien n'est si simple...

Bonus de la maison : des illustrations signées des auteurs eux-mêmes, de style médiéval, qui jalonnent le récit et s'intègrent parfaitement à l'ouvrage !