samedi 30 juin 2012

Zoo City de Lauren Beukes

Encore un emprunt au hasard à la bibliothèque, pour cette chronique !

Zoo City de Lauren Beukes.

Edition : Eclipse
Nombre de pages : 343 pages
Catégorie : Science Fiction

Synopsis : 

Zinzi arbore un paresseux symbiotique sur le dos, une sale habitude de faire des arnaques et un talent rare pour trouver les choses perdues. Mais quand les flics lui confisquent sa dernière paie, elle doit se tourner vers le job qu’elle déteste le plus : retrouver les personnes disparues.
Engagée par Odi Huron, un producteur renommé, pour retrouver une pop star pour ado disparue, elle pense avoir son ticket de sortie de Zoo City, la ville où les pires criminels d’Afrique du Sud et leurs compagnons animaliers symbiotiques tentent de survivre.
Au lieu de cela, Zinzi doit s’enfoncer dans les bas-fonds de la ville, ravagés par la magie et la criminalité, où elle devra faire face aux sombres secrets de différentes vies passés… dont la sienne.


 Mon avis :
Une fois n'est pas coutume je vais chroniquer ici un livre que je n'ai pas réussi à finir. Vous aurez donc mon avis uniquement sur la première partie de Zoo City, livre découpé en deux. Je ne prétends pas juger quelque chose que je n'ai pas lu. Ceci étant dit, passons aux choses sérieuses !

J'ai, tout d'abord, trouvé le concept excellent ! Un monde où les criminels voient débarquer un animal qui se lie à eux, dont ils sont responsables mais ayant une volonté et un avis propre quant à la façon de gérer leur vie me paraissait le terreau idéal d'une superbe histoire. D'autant plus que cet étrange lien à l'animal m'a vite renvoyée aux daemons d’À la croisée des mondes de P. Pullman qui, eux non plus, ne peuvent s'éloigner de leur humain sans souffrir !

Dommage que ce livre ne réponde pas aux questions qu'il soulève... L'animal est-il le fruit de la culpabilité de l'humain pour son crime ou réagit-il à sa condamnation par un tribunal ? Les capacités magiques que développent les Zoo (aussi nommés humains animalés) sont-elles la cause de leurs déboires ou apparaissent elles en même temps que l'animal ?

Laisser ces interrogations en suspens pourrait selon moi être un parti pris intéressant si le livre était porté par une écriture vive et rythmée, malheureusement les nombreuses langueurs peinent à maintenir le lecteur en haleine, jusqu'à le perdre en cours de route ! De plus, les trop nombreuses expressions dans des dialectes sud africains, obligent le lecteur à quitter régulièrement l'intrigue pour quémander l'aide du lexique faute de pouvoir les comprendre en se servant seulement du contexte.

Enfin à certains moment, l'auteur à choisi d'intégrer des extraits de recherche bibliographiques concernant l'histoire des Zoos mais comme aucun de ces document n'est exploité, ils n'apportent aucun élément nouveau ni profondeur à l'histoire.

Vous l'aurez compris j'ai été très déçue par Zoo City. Peut-être Solessor pourra-t-elle vous apporter un éclairage nouveau quand elle l'aura lu !

jeudi 28 juin 2012

L'ordinatueur de Christian Grenier

Une fois n'est pas coutume, je vais parler ici d'un roman jeunesse, L'ordinatueur de Christian Grenier.
Alors que Titepousse et moi nous baladions sur un vide-grenier, nous sommes tombées dessus par hasard. S'en est suivi un "Alors celui-là, tu n'y échapperas pas"! Et je n'y ai pas échappé ;)

Edition : Rageot
Nombre de pages : 185 pages
Catégorie : policier jeunesse

Synopsis : 
 

"Programmé pour tuer ? L' « Omnia 3 », un ordinateur très sophistiqué, totalise déjà six victimes. L'inquiétante machine est-elle seule responsable de cette incroyable série de meurtres ? Logicielle, jeune inspectrice au surnom prédestiné, en doute. Mais derrière l'écran se cache un adversaire aussi inattendu que dangereux... "




 Mon avis :
Qu'il est rafraichissant de se replonger de temps à autre dans un roman jeunesse... Une façon j'imagine de garder son âme d'enfant !

L'ordinatueur est un roman policier dans lequel on suit Logicielle, jeune agent de police plutôt débrouillarde dans le domaine de l'informatique. Cela ne lui sera pas de trop pour résoudre l'affaire qui s'offre à elle... Des gens qui meurent apparemment sans raison devant leur ordinateur !

Bien qu'étant un roman pour les plus jeunes, celui-ci n'est pas écrit de façon trop simpliste, donc il n'est pas gênant de le lire en étant plus vieille (pas trop non plus hein ;)). Les personnages sont très différents les uns des autres (on en dénombre trois principaux, participant tous à l'enquête), et sont agréables à côtoyer. J'ai regretté en revanche que les relations entre eux ne soient pas plus développées (en particulier entre Max et Logicielle...), mais c'est peut-être mon côté adulte qui parle !

Côté intrigue, l'enquête est intéressante, et l'application utilisée par les victimes avant leur mort fascinante... S'il est très drôle de voir que bien des années ont passé depuis la rédaction de ce livre (les protagonistes trouvent encore normal de se connecter sur Minitel, aujourd'hui nos jeunes nous demanderaient ce que c'est que c'est bête antique !), l'application est, elle, loin d'être utilisée dans nos vies courantes !
Le dénouement ne commence à être entrevu qu'à la fin, il n'a rien de prévisible comme ce qu'on peut parfois trouver dans des policiers adultes !

Le style littéraire est fluide et rapide, le découpage en chapitres courts y est pour beaucoup. Pour conclure, c'est un roman que vous pouvez aussi bien lire que faire lire à vos enfants !

Trilogie de l'empire - T.1 - Fille de l'empire, de R.E. Feist et J. Wurts

Fille de l'empire est le premier opus d'une trilogie résolument ancrée dans la fantasy, nommée trilogie de l'empire, signée R.E. Feist et J. Wurts.
Edition : J'ai lu
Nombre de pages : environ 640 pages

Synopsis
C'est au moment où Mara, unique héritière du clan des Acoma, s'apprête à prononcer les mots qui la consacreront prêtresse pour le restant de ses jours, que Papéwaio, le plus fidèle des soldats du clan, interrompt la cérémonie pour lui annoncer la mort de son père et de son frère. Propulsée à la tête du clan, Mara doit regagner ses terres en urgence pour sauver sa maison de la ruine et de la honte. Car au Jeu du conseil les ennemis des Acoma sont nombreux. Il faut reformer au plus vite l'armée décimée, pérenniser les liens commerciaux qui assurent au clan ses revenus et nouer des alliances politiques susceptibles de mettre en échec les plans des maisons rivales. A condition, bien sûr, de survivre aux assassins toujours plus nombreux qui viennent la traquer jusque dans son fief...

Mon avis : 
Ce premier tome commence d'emblée par un événement dramatique, la mort du frère et du père de notre héroïne, Mara. Cette tragédie va la détourner de l'avenir qu'elle s'était choisi, puisqu'elle doit quitter le temple pour aller gérer les petites et grandes affaires d'une grande famille de l'empire.

De jour en jour, la jeune fille apprend à faire face aux complots et trahisons qui régissent la vie de l'empire, dans ce qu'on appelle le jeu du Conseil. Tous les seigneurs doivent user et abuser de force et de ruse pour rester dans le cercle des plus grands. Pas facile pour Mara, qui ne s'attendait pas vraiment à avoir à jouer ce rôle un jour !

Bien que les premières pages aient été un peu longues à mon goût, cela s'arrange vite. Les rebondissements se succèdent à une vitesse folle, négociés avec brio par Mara qui fait preuve d'une vivacité d'esprit à toute épreuve ! Elle donne du piquant aux relations humaines, et son aplomb face à la cruauté de ses ennemis n'est pas sans les déstabiliser, pour notre plus grand bonheur. Les gens qui m'auront vue lire Fille de l'Empire pourront témoigner qu'il n'était pas rare qu'un large sourire s'affiche sur mon visage, avec une expression de "bien joué !" ! 
On s'attache sans peine au reste de son entourage, et même par moments aux objets de ses machinations... mais ça je vous laisse lire pour en savoir plus !

Dans ce roman, les codes et l'honneur sont mis en lumière, ce qui rend bon nombre de scènes très théâtrales, mais plaisantes. Je ne me suis pas ennuyée une seconde à regarder évoluer les pontes de l'Empire, à voir se faire et se défaire les alliances... C'est plaisant de constater que ce ne sont pas toujours les plus armés qui triomphent, ou du moins pas armés au sens premier du terme !
Le tout dans un contexte délicieusement inspiré par le monde oriental...

Ce premier tome s'achève sur un monde aux relations bouleversées, et j'ai hâte de lire la suite pour savoir ce qu'ils vont encore tous manigancer !

mardi 26 juin 2012

Peter Pan, Tomes 1 à 6 de Loisel


Cette saga, composée de 6 tomes d’environ de 50 pages, est un petit trésor. Créée par le brillant Loisel, elle recèle un subtil mélange d’aventures et de fantastique. Pour commencer, voici les différents opus de la série :
 



Tome 1 : Londres
Tome 2 : Opikanoba
Tome 3 : Tempête
Tome 4 : Mains rouges
Tome 5 : Crochet
Tome 6 : Destins

Il me tardait vraiment de découvrir cette version de Peter Pan, tellement j’en avais entendu du bien ! Ma moitié ne tarissait pas d’éloges, et mon impatience était à son comble lorsque j’ai ouvert le premier… Et je n’ai pas été déçue !

La première chose à dire, c’est qu’il ne s’agit pas d’une bande-dessinée pour enfant, contrairement à la version dessin-animé ! L’histoire est crue, et très réaliste malgré ses côtés fantastiques ! On y découvre l’enfance de Peter qui n’a pas été toute rose, et qui pourrait remuer quelque peu les plus jeunes. Pour les autres, courez-y !

Vous l’aurez compris, Loisel nous offre à travers cette série l’histoire revisitée de Peter Pan, de l’avant à l’après Clochette. L’humour y est très présent et féroce, et le lecteur se régale à relever les anecdotes qui ont mené à l’histoire telle qu’on la connait (comment Crochet a perdu sa main, pourquoi Peter Pan s’appelle ainsi, entre autres !). Les personnages sont très typés, Peter apparaît plutôt du genre sale gosse prétentieux… mais attachant ! Avec une mention toute particulière pour Clochette, qui n’est certes pas douée de parole, mais en tous cas n’est pas dénuée d’expressions ! Et d’un caractère bien affirmé… Je vous laisse découvrir, moi j’ai adoré !
Autre trace d’humour, les accents des différents protagonistes venus d’autres horizons, qui sont caricaturés à souhait !

Les dessins sont magnifiques, les « univers de couleurs » se succèdent en fonction des lieux… Les détails sont soignés sans pour autant surcharger les planches. Quant aux expressions faciales et corporelles… Extra !

Les tomes s’enchaînent bien, le découpage en six opus est réalisé judicieusement. De plus, l’histoire n’est pas surexploitée, pas un tome de trop dans cette saga ! D’ailleurs j’en aurais bien lu quelques uns en plus, moi, pour le plaisir de retrouver cette palette de personnages !

Enfin cerise sur le gâteau, la fin est excellente, et laisse des interrogations au lecteur, avec un tas d'interprétations possibles ! Venez en discuter ;)

Conclusion ? A ne pas manquer !

samedi 9 juin 2012

Zen City de Grégoire Hervier

Zen City de Grégoire Hervier, un livre attrapé par hasard à la bibliothèque, je ne saurais pas vraiment dire pourquoi. Un auteur qui m'était inconnu, un titre peu évocateur, mais une fois que l'on l'a en main on découvre un résumé très tentant !

Synopsis :

Bienvenue à Zen City !
Grâce à notre programme Global Life®, la vie clés en main, profitez de tous nos services et travaillez dans un environnement idéal, naturel et sécurisant.
Dominique Dubois, cadre trentenaire remarquablement moyen, s’installe plein d’espoir à Zen City, paradis high-tech où, grâce à la puce dont chacun est doté, on peut avoir un réfrigérateur toujours plein sans jamais aller au supermarché et être protégé 24 heures sur 24 sans même s’en rendre compte. Mais quand sa jolie collègue est assassinée chez elle, quand il devient la proie de hackers qui cherchent à miner de l’intérieur la Ville Transparence, sa vie en prépayé bascule…
Ce livre est son journal, le témoignage d’un des rares rescapés de ce que l’on a appelé la « Tragédie de Zen City


Mon avis :

Une fois n'est pas coutume, j'ai emprunté ce livre sans même l'ouvrir pour me faire une idée du style de l'auteur. Et là, surprise ! Tout commence par un petit mot de l'éditeur expliquant les raisons de la publication de ce blog. oui, un blog ! On suit au jour le jour les billets de Dominique Dubois, un individu commun au possible, s'installant dans une étrange ville pyrénéenne du nom de Zen City. Une ville à la pointe de la technologie où tout est étudié pour pousser les habitants (appelés Zens) à consommer. Une utopie dans la lignée du Meilleur des mondes d'A. Huxley, basée cette fois ci sur une critique de l'hyper consumérisme et de la surveillance. Une utopie, certes, mais à mon prochain passage dans l’Ariège je vérifierai quand même que cette cité n'existe pas ! Juste au cas où... ^^

Cette critique est portée par un thriller mené de main de maitre, Dubois ne sait pas dans quels ennuis il met les pieds en emménageant à Zen City. Les événements s'enchainent, le lecteur (ou l'internaute que nous incarnons) attend avec impatience le billet suivant jusqu'à... Lisez vous saurez !

Et le petit plus qui m'a fait plaisir, la mise en ligne du site de Zen City qui permet de visiter une partie de la cité et d'aller jeter un œil aux sources utilisées pour la création de ce livre.

Mon gros coup de cœur de l'année, je n'avais pour l'instant jamais aussi bien noté un livre. Il faut dire que les thèmes abordés m'intéressent tout particulièrement. L'avis de Sol' ici !