mardi 29 mai 2012

Paradis Perdu - Ange, Varanda,

En ce moment je me relance dans la lecture des BD qui submergent ma bibliothèque.
Je souhaite vous présenter ma dernière relecture : Paradis perdu.
Il s’agit d’une série de 7 tomes parus chez Soleil et séparés en 2 parties ou psaumes.

Commençons par le début, Paradis Perdu - Psaume 1.
  • Tome 1 : Enfer (2002)
  • Tome 2 : Purgatoire (2004)
  • Tome 3 : Paradis (2005)
  • Tome 4 : Terres (2006)



Cette série est le fruit de la collaboration d’une équipe d’auteurs habitués à travailler ensemble, on retrouve :
  • Scénario : Ange (plutôt approprié non ?)
  • Dessins : Varanda (tome 1), Xavier (autres tomes)
  • Couleurs : Lyse (tome 1), Alexe (autres tomes)
Synopsis :
Le premier psaume, tout simplement intitulé Paradis perdu, retrace l’histoire de Gabriel, un ange ayant pour mission de surveiller les passages entre les mondes. Tout bascule un soir lorsqu’en essayant de sauver un enfant égaré, il tombe sur Anya, ange déchue qu’il a connu avant sa chute… Et nous voilà embarqués à la suite de Gabriel dans une aventure qui nous mènera de l’enfer au paradis, dans une aventure où rien n’est vraiment ce qu’il semble être, où le Bien et le Mal se mêlent jusqu’à se confondre.

4eme de couverture:
« Il est baigné dans l’éternelle lumière.
Elle vit au plus profond des enfers.
L’éternité les a séparés.
Tandis que la guerre gronde
et menace l’équilibre entre le bien et le mal,
un enfant saura-t-il les rapprocher ? »

Mon avis :
Commençons par la forme, cette série change de la BD traditionnelle avec l’ajout de petites vignettes par-dessus une grande image de fond et des personnages qui ont l’habitude de sortir de leur case ! Cela donne un aspect beaucoup plus vivant à la BD et met en valeur le dessin des personnages ainsi que les décors très travaillés.
De plus les couleurs sont particulièrement bien adaptées à l’alternance des mondes que l’on traverse, en leur donnant un aspect tantôt flamboyant, apaisant ou minéral.

Les 4 tomes de ce premier psaume nous apportent un regard nouveau et légèrement différent de la vision manichéenne habituellement utilisée lorsque le paradis et l’enfer sont évoqués. Malgré le sujet un peu éculé, Ange nous fournit, comme à son habitude,  une intrigue de grande qualité et nous emmène petit à petit vers un final inattendu. Le lecteur passe son temps à s’interroger sur les motivations des personnages, des anges notamment dont on ne sait pas vraiment s’ils sont aussi bienveillants qu’on le pense. Ainsi que sur l’identité et le rôle que David, le jeune égaré, sera amené à jouer dans cette histoire… Enfin les quelques flashback et autres incursions dans l’esprit des protagonistes permettent de donner une belle profondeur à ce récit.

En résumé, une bien belle série sur un thème que je trouve particulièrement bien exploité ! A lire !

dimanche 27 mai 2012

Oscar et la Dame rose, d'Eric-Emmanuel Schmitt

4ème de couverture :
"Oscar a dix ans et il vit à l'hôpital. Même si personne n'ose le lui dire, il sait qu'il va mourir. La dame rose, qui le visite et " qui croit au ciel ", lui propose, pour qu'il se sente moins seul, d'écrire à Dieu."

Edition : Albin Michel
Nombre de pages : 100 pages




Mon avis :

On change un peu de registre avec un livre dont j’ai très envie de vous parler, comme étant le roman qui m’a le plus bouleversée depuis que je lis !

Il s’agit d’Oscar et la Dame rose, d’Eric-Emmanuel Schmitt, un livre qui raconte la fin de vie tragique d’Oscar, un gamin atteint d’un cancer, qui rencontre une super-mamie championne de catch qui va l’épauler dans ses derniers jours. Elle va pour cela lui donner deux missions : écrire à Dieu, et considérer que dès lors, un jour égale un an.

On lit alors les lettres d’Oscar au tout-puissant, pleines d’émotions, de colère, et du trop-plein de sentiments que peut ressentir un enfant dans cette situation. On découvre au fil des pages un Oscar plein d’une maturité trop précoce, beaucoup trop précoce, et terriblement touchante. La Dame Rose, elle, apporte le punch, l’expérience et la bonne humeur. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre une mamie championne de lutte !

Oscar et la Dame rose a la particularité d’être tellement bien écrit que de temps en temps, quand mon regard se porte sur lui, je l’attrape et en lis quelques pages au hasard… et en ressors toujours bouleversée !
C’est un livre que je conseille aux amateurs de « jolies » histoires, car oui, si on connait d’avance la fin de l’histoire, la façon de la raconter en fait un joli récit. A lire cependant quand le moral est là !

Côté forme, l’aspect épistolaire, et la plume « enfantine » en font un roman qui se lit à toute vitesse… et se relit avec plaisir !

Je ne sais pas vous, mais moi il me donne envie de découvrir d'autres oeuvres de son auteur !

mardi 22 mai 2012

Les Thanatonautes, Bernard Werber

4ème de couverture :
"L'homme a tout exploré : le monde de l'espace, le monde sous-marin, le monde souterrain ; pourtant il lui manque la connaissance d'un monde : le continent des morts.
Voilà la prochaine frontière.

Michael Pinson et son ami Raoul Razorbak, deux jeunes chercheurs sans complexes, veulent relever ce défi et, utilisant les techniques de médecine mais aussi d'astronautique les plus modernes, partent à la découverte du paradis.

Leur dénomination ? Les thanatonautes. Du grec Thanatos (divinité de la mort) et nautès (navigateur). Leur guide ? Le livre des morts tibétains, le livre des morts égyptiens mais aussi les grandes mythologies et les textes sacrés de pratiquement toutes les religions qui semblent depuis toujours avoir su ce qu'étaient le dernier voyage et le " véritable " paradis.

Peu à peu les thanatonautes dressent la carte géographique de ce monde inconnu et en découvrent les décors immenses et mirifiques…"

Mon avis :
Je viens de refermer le livre, et ... fiouuu ! Quel livre !

Je l'ai adoré, tant sur la forme que sur le fond. Le fond d'abord, l'histoire d'une bande de copains qui souhaitent à tout prix découvrir ce qui se cache après la mort... Les deux personnages principaux, Raoul Razorback et Michael Pinson, qu'on retrouve d'ailleurs dans d'autres de livres de Werber, sont bien que très liés, opposés en tout... Le premier est fier, sûr de lui, fonceur, et clairement "acteur" de sa vie. Sa confiance et sa spiritualité rendent concevable la mission que les protagonistes se sont attribués. 
Le deuxième, Michael, est timide, écrasé par sa famille, replié sur lui-même et peu confiant, complètement spectateur de sa vie... Il est temps que les choses changent !

Malgré le fait que tout les oppose, Michael se laisse entrainer dans les expérimentations sordides de Raoul, pour notre plus grand bonheur ! Enfin, par forcément au début... le lecteur est mis face à ce qu'il considère bien ou mal, et ne peut cautionner le principe des expériences de Raoul... Des gens vont mourir, forcément, au nom de la science. Pas très acceptable aujourd'hui ! Mais quand même, nous aussi on veut savoir ce qui se cache après la mort, alors on continue... et on se prend au jeu. On explore alors avec la bande le continent des morts, de plus en plus loin, tels des conquistadors au 16ème siècle !

Au milieu du livre, alors qu'on commence tout juste à considérer "normale" l'avancée des découvertes, qui deviennent presque une routine, un événement marquant vient tout faire basculer !

Sur la forme maintenant, on le sait Werber, c'est particulier, mais à mon sens très agréable à lire. Les chapitres de l'histoire alternent avec des extraits de thèse sur la mort, venant enrichir de façon judicieuse notre culture générale, et des portions de livres d'histoire, révélant comment l'Histoire s'écrit, c'est-à-dire de façon très subjective ! Les phrases sont courtes, les paragraphes aussi, en conséquence le livre se dévore sans difficultés. 

J'ajouterai encore des points à ce livre pour la vision des relations internationales qu'il offre... Et pour la fin ! Une fin dont je ne vous soufflerai mot pour ne pas vous gâcher le plaisir, mais un conseil, lisez-le !

dimanche 13 mai 2012

La Ballade de Pern d'Anne McCaffrey - La grande guerre des fils T.5 Les ciels de Pern

Et nous voilà arrivés à l'ultime opus du premier cycle de la Ballade de Pern... Mais on se console, d'autres cycles sont encore à découvrir !


4ème de couverture :
Spoiler:

Les Fils ne tueront plus, le dernier combat les a vaincus. Dans un monde libéré de son fléau et bouleversé par l’explosion de la technologie, les chevaliers-dragons, dirigés par F’lessan et Tia, ont-ils encore leur place ? Mais le répit est de courte durée, un terrible danger venu du ciel menace de nouveau la planète… Pour F’lessan et Tia, dont l’amitié se transforme lentement en un sentiment plus profond, l’heure n’est plus aux projets de vie commune. Alors que l’avenir de Pern et de ses peuples – les dragons comme les humains – est plus sombre que jamais, l’épée reprend tous ses droits et le bras qui la brandit ne peut pas se permettre de trembler ! Et les chevaliers-dragons sont toujours symbole d’espoir face à la menace qui gronde.

Mon avis :
A ma grande surprise, Anne McCaffrey innove encore dans ce dernier tome, dans le style cette fois.
En effet, l'épisode débute par la détection dans le ciel d'un objet lumineux non identifié visible depuis de nombreux endroits de Pern, et qui va provoquer des réactions diverses. On  suit ce même événement consécutivement depuis plusieurs forts/weyrs ou autre, ce qui se traduit dans l'écriture par la succession de courts chapitres traitant du même sujet avec différents points de vue et ressentis.
C'est l'originalité de ce tome par rapport aux autres. Cependant, elle ne concerne que la première partie du livre.

Le contexte de l'histoire a un peu changé depuis le début du cycle, puisque grâce aux connaissances apportées par la découverte de la technologie, les habitants de Pern sont débarrassés d'un de leurs plus grands ennemis depuis toujours... Restent ces sciences nouvelles, à utiliser de façon judicieuse, ce qui pose les mêmes problèmes qu'au tome précédent entre les pro et les anti-nouveauté. 

Et surtout, reste une grande question existentielle pour les chevaliers-dragons : puisque leur ennemi intime ne sera bientôt plus, que va-t-il advenir d'eux ? Avec inquiétude, ils vont s'efforcer de répondre à cette question, aidés des ateliers et des forts...

Les Ciels de Pern rejoint Tous les Weyrs de Pern au palmarès de mes livres préférés dans ce premier cycle. C'est pleinement satisfaite que j'ai refermé mon livre, pour une bonne raison : je sais que je retrouverai mes personnages favoris dans les autres cycles, et en plus ils me permettront de porter sur eux un nouveau regard... De quoi clôturer le cycle sans tristesse !

Un gros bémol cependant concernant ce tome en particulier : il n'est plus édité et de plus en plus difficile à trouver à un prix décent... Vous pouvez éventuellement vous tourner vers les bibliothèques et autres médiathèques pour qu'il reste une lecture raisonnable !

La Ballade de Pern d'Anne McCaffrey - La grande guerre des fils T.4 Tous les Weyrs de Pern

On ré-embarque pour Pern pour l'avant-dernier opus de la Grande Guerre des Fils, et pas des moindres !

4ème de couverture (à ne lire qu'après avoir fini le tome à mon avis, c'est un vrai spoiler à tel point que je me suis demandée s'ils l'avaient mise sur le bon tome -pour être claire il révèle la fin de celui-ci ^^-) :
Spoiler:

Depuis des générations, les chevaliers-dragons passent leur vie à combattre les Fils qui pleuvent périodiquement sur Pern. Il faut les empêcher d'atteindre le sol de la planète, où ils détruisent la matière vivante. Mais l'idéal, bien sûr, serait d'écarter cette menace à tout jamais. Or, ce rêve est réalisable. On a retrouvé Siav - le Système d'Intelligence Artificielle Activé par la Voix - qui était enfoui depuis des milliers d'années et qui fonctionne encore. Siav a conservé la parole des ancêtres... Et l'on apprend que l'idéal est à portée de main : dans moins de cinq ans, l'Étoile Rouge, patrie des Fils, sera dans une position telle qu'on ne pourra modifier son orbite. Comment faire ? Tant de secrets se sont perdus ! Il faudrait travailler sans relâche pour retrouver le niveau technologique d'antan... Siav s'éteint. Sa mission est accomplie. Le peuple de Pern est libre. À lui de choisir son sort en connaissance de cause.


Mon avis
Ce quatrième tome est très différent des précédents en cela qu'il fait entrer la technologie avancée de façon "brutale" dans la vie des habitants de Pern. Un monde entier de connaissances s'ouvre à eux, et il va falloir les utiliser à bon escient... Mais comment savoir par où commencer ?

SIAV, un ordinateur ultra-perfectionné, fait donc son apparition dans Tous les Weyrs de Pern, et se révèle grâce au talent d'Anne McCaffrey un personnage à part entière, auquel le lecteur se surprend même à s'attacher ! Etonnant !

Ce changement apporté au quotidien des habitants occasionne bien entendu des réactions diverses, qui ne sont pas sans rappeler celles qu'on rencontrerait dans notre propre monde, face à la nouveauté. S'opposent alors, inévitablement, ceux qui se trouvent très bien dans leur vie actuelle, et craignent le changement, et ceux pour qui chaque bribe de connaissance nouvelle est une véritable émulation ! Comment s'imposer dans ces conflits ?

C'est un de mes tomes préférés de ce cycle, avec le dernier. Les amateurs des trois premiers tomes retrouveront l'univers incomparable et le style d'Anne McCaffrey, tandis que ceux qui commençaient à se lasser de l'histoire (est-ce possible ?!) trouveront un renouveau, un rebondissement qui les tiendra accrochés à cette saga... Du moins je l'espère, car la suite elle aussi en vaut la peine !

vendredi 11 mai 2012

La Ballade de Pern d'Anne McCaffrey - La grande guerre des fils T.3 Le dragon blanc


Sur ma lancée, et bien décidée à en savoir plus sur l'événement inhabituel qui a lieu à la fin du tome 2, je me jette sur le tome 3 : Le dragon blanc.


4ème de couverture :
Spoiler:

Le jeune Jaxom est Seigneur du Fort de Ruatha, mais le régent Lytol, son tuteur, tient les rênes du pouvoir d'une main ferme. Jaxom rêve de devenir chevalier-dragon. Malheureusement il a conféré l'Empreinte à Ruth, le dragon blanc, deux fois plus petit que ses frères. On ne pensait même pas que cet animal vivrait. Maintenant, on ne sait pas qu'il est génial. Et tout le monde se moque du pauvre Jaxom. D'ailleurs la condition des chevaliers-dragons tend à devenir moins prestigieuse. Il y a tant de moyens nouveaux d'exterminer les terribles Fils ! La prochaine frontière, c'est le Continent Méridional, où les Archives disent que les hommes avaient fondé leurs premiers territoires sur Pern avant d'émigrer vers le Nord. Voilà un endroit où un audacieux peut faire ses preuves ! Les Anciens en exil y ruminent leur vengeance. Les cadets sans terre brûlent de s'y faire une place. Et le Seigneur du Fort Méridional a une sueur si belle...

Mon avis :
C'est un duo très attachant qu'on découvre ici, celui formé par Jaxom, fils de Fax - l'ancien gouverneur du Fort de Ruatha-, et Ruth, le dragon blanc. Jamais personne n'avait vu un tel dragon. Sa couleur, pour commencer, fait de lui un être différent. Sa taille, ensuite, et son apparence chétive, ont fait que nombreux furent les habitants de Pern à ne pas donner cher de sa peau. Et pourtant...

Et pourtant, Ruth va vivre, et partager des aventures extraordinaires avec son jeune maître. C'est un duo émouvant qu'on rencontre ici, formé de deux éternels incompris, de deux entités différentes de leurs semblables. Ils vont grandir, mûrir, et accomplir des exploits grâce aux facultés insoupçonnées du dragon. Leur apprentissage est plus rapide que pour d'autres, et il est intéressant de voir le fossé qui se creuse entre Jaxom et son ami d'enfance Felessan...

C'est ainsi que des vilains petits canards prennent de l'importance, pour mon plus grand plaisir. Ce troisième tome m'a touchée, probablement parce que je me suis prise d'affection pour ce duo improbable et donné -à tort- perdant d'avance. Quelle belle leçon et quelle jubilation que ce pied-de-nez à un peuple entier !

Dans le style, cette suite est dans la droite lignée des deux opus précédents, ce qui ne déplaira pas aux adeptes. Si vous vous lassez, ne vous arrêtez pas là, car McCaffrey a de belles surprises à partager dans les deux tomes à venir ! ;)

La Ballade de Pern d'Anne McCaffrey - La grande guerre des fils T.2 La quête du dragon


Sitôt fini le premier tome, me voilà lancée dans la suite, désireuse de continuer à suivre mes chers dragons et le monde qui les entoure. Deuxième opus, La quête du Dragon.


4ème de couverture :
Spoiler:

L'Étoile Rouge plane sur le ciel de Pern, les Fils mortels pleuvent périodiquement et les Chevaliers-Dragons affrontent le péril malgré les intrigues des Seigneurs et la malveillance des Anciens. Les chartes ne disent pas tout et les combattants opèrent à la limite de leurs forces. Pour relancer la guerre, il faudrait des armes nouvelles : les lézards de feu ? les larves ? la machine inconnue qui permettrait d'envahir l'Étoile Rouge ? F'nor cherche inlassablement. Il trouvera l'amour de la jolie Brekke, un amour qui n'a d'égal que celui qu'elle porte à Wirenth, sa reine-dragon ; un amour plus fort que la mort, la nuit de la folie et le vide interplanétaire. Un tel sentiment peut-il sauver ceux qui l'éprouvent ? Peut-il aider leur cause dans la situation critique où elle est tombée ?

Mon avis :
Cela continue bien avec ce nouveau tome, qui voit évoluer les craintes des habitants de Pern vis à vis des chutes des fils. Le rythme y est toujours soutenu, le texte fluide. Un nouveau personnage y prend de l'importance, F'nor, le demi-frère de F'lar. Cet homme doux et souvent de connivence avec son frère va être mis sous les feux des projecteurs, à un moment déterminant, où deux générations s'opposent sur bien des points. On se délecte de leur association pour faire tourner en bourrique la pauvre Lessa !

Cette opposition  mène à la recherche de nouvelles solutions pour combattre ces organismes envahissants. Notre nouveau héros va jouer un rôle fondamental dans cet intrigue, qui va lui permettre entre autres choses de faire la découverte de Brekke, une jeune femme très attentive. Le lecteur va suivre l'évolution de leur relation, nouveau point d'intérêt (on n'en manquait pas, mais c'est toujours bon à prendre !).

Secondairement, mais c'est un aspect que j'ai beaucoup aimé aussi, on voit grandir deux petits chenapans, Felessan, fils de F'lar et Lessa, et Jaxom, fils de Fax. Les péripéties de ces deux garçons ne manquent pas de donner le sourire au lecteur, qui peut alors ressentir le vent de fraicheur de l'enfance insouciante l'effleurer !

Ce tome s'achève sur un fait inhabituel qui ne manquera pas de servir de base au tome suivant, et bien entendu, nous aide fortement à l'attraper plus vite !